Histoire en Séries en VO ITALIEN

Des émissions proposées, présentées et animées  par 
Elodie PINEL

 

Histoire en séries VO ITALIEN

01 Les BORGIAS
02 Les MEDICIS

 
EP 5.jpg

Elodie PINEL

Elodie Pinel est agrégée de lettres modernes, certifiée de philosophie, titulaire de la DNL italien et docteure en littérature médiévale spécialisée dans l'oralité et dans l'écriture féminine. Elle rédige des critiques littéraires pour la revue Etudes et participe à des podcasts de critique de séries (Sérieland d'Europe 1 Studios, Qui a peur du féminisme ?). Elle anime pour Histoire en séries un cycle d'émissions en italien sur la perception de l'Histoire italienne par les Italiens. Elle écrit régulièrement pour les éditions du Robert et a participé à l'émission pédagogique La Maison Lumni sur France télévisions.

 

01 LES BORGIA

Une émission proposée et présentée par Elodie PINEL, avec Blythe Alice Raviola et Umberto Sacchi

 
Alice, mezzo busto Valentino.jpg

Blythe Alice Raviola

Blythe Alice Raviola enseigne l'Histoire à l'université de Milan ; elle y est membre du comité directeur du Master en Digital Humanities et dirige le Master de Public History avec cette université et la Fondation Feltrinelli de Milan. Ses axes de recherche vont de l'histoire des anciens états italiens à leurs relations diplomatiques avec l'Espagne à l'âge moderne, de l'étude des frontières à celui de la culture savoyarde entre le XVIe et le XVIIe siècle. Elle a notamment publié une biographie intellectuelle intitulée Giovanni Botero. Un profilo fra storia e storiografia (Mondadori, Milano 2020).

 
Foto Profilo.jpg

UMBERTO SACCHI

Umberto Sacchi est titulaire d'un Master en Sciences HIstoriques avec un mémoire sur Cesare Borgia : Cesaree Borgia. Elementi per una biografia fra storia e interpretazioni. Il suit actuellement un master en Digital Humanities à l'université de Milan.

 

Riepilogo episodio 1

Lorsque l'on dit Histoire et Italie, ce à quoi l'on pense spontanément, c'est à la Renaissance. Ainsi, quand des producteurs italiens représentent cette période clé de leur histoire dans des séries, on découvre une vision de la culture et de l'art italiens, mais aussi de la politique et de la mentalité de cette civilisation, qui est aussi historiographique qu'introspective. Pour explorer cette construction d'une identité et d'une histoire nationale à travers les séries, nous avons commencé par interroger des séries dynastiques racontant la destinée d'une famille hors norme, et paradoxalement étrangère : les Borgias. Si ses membres sont espagnols, ils incarnent pourtant l'esprit de la Renaissance italienne dans ses extrêmes. Les deux séries étudiées dans cette épisode étant co-produites au niveau européen voir mondial, la question de la vision des étrangers sur la Renaissance italienne est aussi soulevée. Que fait la fiction contemporaine d'une légende à la fois brillante et noire, celle d'une famille entre roture, noblesse et cour pontificale, profondément italienne et pourtant toujours renvoyée à ses origines étrangères ? 

Quando diciamo Storia e Italia, ciò a cui viene spontaneo pensare è il Rinascimento. Così, quando i produttori italiani rappresentano in serie questo periodo chiave della loro storia, scopriamo una visione della cultura e dell'arte italiana, ma anche della politica e della mentalità di questa civiltà, tanto storiografica quanto introspettiva. Per esplorare questa costruzione di un'identità e di una storia nazionale attraverso la serie, abbiamo iniziato mettendo in discussione le serie dinastiche che raccontano il destino di una famiglia straordinaria e paradossalmente straniera: i Borgia. Se i suoi membri sono spagnoli, incarnano comunque lo spirito del Rinascimento italiano nei suoi estremi. Le due serie studiate in questo episodio essendo coprodotte a livello europeo o addirittura mondiale, si pone anche la questione della visione degli stranieri sul Rinascimento italiano. Cosa c'entra la narrativa contemporanea con una leggenda insieme brillante e oscura, quella di una famiglia tra popolani, nobiltà e corte papale, profondamente italiana e tuttavia sempre riferita alle sue origini straniere?

 

02 Les MEDICIS

Avec Martina ALBERTINI
Elisabetta LURGO
Elena RIVA

 
Albertini_foto.jpg

Martina ALBERTINI

Martina Albertini est assistante de Littérature italienne à l’Université de Zurich, où elle a soutenu une thèse de master sur les Chroniques de Matteo Villani. Son champ de recherche porte sur l’écriture historiographie du XIVe siècle, particulèrement celle du deuxième Villani, qui est l’objet de sa thèse de doctorat, actuellement en cours d’écriture.

 
fototessera.jpg

Elisabetta LURGO

Elisabetta Lurgo, docteur en Histoire, est chercheur à l’Université Ca’ Foscari de Venise. Spécialiste des histoires des dévotions à l’époque moderne et des relations entre la France et l’État de Savoie, elle l’auteur de plusieurs articles dans des revues académiques, ainsi que des ouvrages suivants : 
« Folies et rien que folies ». Exorcismes et apparitions en Savoie, XIXe siècle, Paris, Beauchesne Éditeur, 2021 (en préparation)
Marie-Louise d’Orléans. La Princesse oubliée, nièce de Louis XIV, Paris, Éditions Perrin, 2021
Mystique, histoire et littérature. Itinéraires de recherche (XIII e -XX e siècle, domaine franco-italien), sous la direction de M. Lucarelli, E. Lurgo, Alessandria, Dell’Orso, 2019
Une histoire oubliée. Philippe d’Orléans et la Maison de Savoie, Chambéry, Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie, 2018 
Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV, Paris, Éditions Perrin, 2018 
Carità barocca. Opere pie e luoghi pii nello Stato Sabaudo fra XVII e XVIII secolo, Torino, Fondazione 1563 della Compagnia di San Paolo, 2016 
La beata Caterina da Racconigi fra santità e stregoneria. Carisma profetico e autorità istituzionale nella prima età moderna, Firenze, Nerbini, 2013

 
foto 24.06.2021.jpg

Elena RIVA

Elena Riva a soutenu une thèse de doctorat sur la Société, la Politique et la Religion dans la formation de l’Europe moderne à l’Université catholique de Milan sous la direction de Cesare Mozzarelli. Elle est aujourd’hui professeure ordinaire d’Histoire moderne à la Faculté des Sciences de l’Education dans cette même université. 
.

 

Riepilogo episodio 2

Dans cet épisode de “Histoire en séries VO italienne”, nous poursuivons notre exploration de la Renaissance italienne en suivant l’itinéaire d’une nouvelle dynastie, celle des Médicis. La série Les Médicis : Masters of Florence, créé par Frank Spotniz et diffusée de 2016 à 2019, retrace l’ascension d’une famille à la tête d’une ville ; ses trois saisons couvrent le gouvernement de Pierre puis de Laurent de Médicis, de 1429 à la mort de Laurent le Magnifique, tout en mettant l’accent sur les guerres entre familles puissantes, faisant de ces noms des mots de ralliement derrière des clans ennemis. La représentation qui est faite de Florence, mais aussi de la politique de chacun de ces Médicis est-elle fidèle ? Comment la série propose-t-elle une promotion quasi touristique de la ville de Florence et de l’Italie toute entière aux yeux des étrangers ? Nous complétons cette étude par la comparaison avec la mini-série Leonardo da Vinci, réalisée par la Rai dans les années 70 et proposant un discours construit et scientifique sur cette figure majeure de la Renaissance italienne. La question du mécénat se trouve ainsi au coeur de nos discussions : en quoi l’art est-il un instrument de pouvoir pour les uns, un destin moins glorieux qu’il n’y paraît pour les autres ? Tels sont certains des axes adoptés par cet entretien avec nos trois participantes, Martina Albertini, Elisabetta Lurgo et Elena Riva, toutes trois spécialistes de l’Histoire et de la littérature italiennes. 

In questo episodio di “History in Italian OV Series”, continuiamo la nostra esplorazione del Rinascimento italiano seguendo la rotta di una nuova dinastia, quella dei Medici. La serie Medici: Masters of Florence, creata da Frank Spotniz e trasmessa dal 2016 al 2019, ripercorre l'ascesa di una famiglia a capo di una città; le sue tre stagioni coprono il governo di Pietro poi Laurent de Medici, dal 1429 fino alla morte di Lorenzo il Magnifico, mentre sottolineano le guerre tra potenti famiglie, facendo sì che questi nomi raccolgano parole dietro i clan nemici. La rappresentazione che si fa di Firenze, ma anche della politica di ciascuno di questi Medici, è fedele? In che modo la serie offre una promozione quasi turistica della città di Firenze e dell'Italia intera agli occhi degli stranieri? Completiamo questo studio confrontandolo con la miniserie Leonardo da Vinci, prodotta dalla Rai negli anni '70 e proponendo un discorso costruito e scientifico su questa grande figura del Rinascimento italiano. La questione della sponsorizzazione è quindi al centro delle nostre discussioni: in che modo l'arte è uno strumento di potere per alcuni, un destino meno glorioso di quanto sembri per altri? Sono alcuni degli assi adottati da questa intervista alle nostre tre partecipanti, Martina Albertini, Elisabetta Lurgo ed Elena Riva, tutte e tre specialisti della storia e della letteratura italiana.